À propos de Pierre Allard

Pierre Allard

Peintre normand et parisien,

il grandit dans le département de l’ Eure, non loin de Giverny et de Chatou, et fait ses études à Paris, entre le musée d’ Orsay et Montparnasse où il devait plus tard exposer ses toiles, dans la rue. 

Issu d’une famille de dessinateurs et de collectionneurs, il fût déclaré aveugle à 7 ans par les médecins, rétabli quelques mois plus tard, il échangeait ses premiers dessins contre quelques billes.

Depuis ses dix-sept ans, il n’a jamais cessé de peindre, s’ inspirant des peintres de sa région, tels André Raffin, rencontre déterminante dans son parcours, puis de Pinchon, Louvrier, et de peintres plus connus tels Monet, Vuillard, Derain, Marquet …

Il se positionne dans un mouvement passéiste,  à mi-chemin entre les peintres modernes et contemporains, nostalgique de ce qui se faisait de mieux il y a 100 ans.

Démarche artistique

Paroles du grand Ludwig van Beethoven

 « … Saches que la plus noble partie de moi-même, mon ouïe, s’est beaucoup affaiblie…. Quelle triste vie est maintenant la mienne ! Éviter tout ce qui m’est aimé, et à quoi je tiens… »

« … Oh, comme je serais heureux si mes oreilles étaient en bon état ! …Bien sûr, j’ai pris la résolution de me dépasser en surmontant tout cela, mais comment sera-ce possible ? … »

« … Ce que je t’ai dit de mon ouïe, je te prie de la garder tout à fait secret, et de ne le confier à qui que ce soit… »

Ces paroles reprises pour le laïus de mon exposition; témoignent de la peur de ne plus créer et du jugement des autres devant l’infirmité, l’amour de son art, le désir de retrouver ses sensations, et le dépassement de soi.